Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 8 octobre 2008

Exquis Exquisses

L'idée forte du cadavre exquis, c'est le changement dans la continuité.
Vous prenez une feuille et un stylo, vous dessinez ce qui vous inspire dans une moitié de page et vous cachez votre oeuvre en prenant soin de laisser quelques traits dépasser. Quelques traits comme un apat, comme le bout du fil de la pelote... Puis vous laissez quelqu'un d'autre prolonger le coup de crayon pour voir si il n'y aurait pas une belle histoire ou une belle image à dérouler.
Pour ce premier essai, j'ai laissé Serge avec les franges de Frankenstein comme maigre indice. Il y a vu les herbes folles d'un champs dans lequel Lison viendrait faire bronzette. Le résultat est saisissant. Elle semble complètement insensible à l'affreuse menace qui plane sur son chapeau.
Un peu de couleurs, le titre qui s'impose et hop la couverture inédite d'une histoire surréaliste...

vendredi 1 ao√Ľt 2008

O√Ļ le courant m'entra√ģne.

C'est parti, je quitte la rive.
Je vous raconterai...

canoé

mardi 29 juillet 2008

Sous les étoiles exactement

Parfois, lorsqu'on se baigne la nuit, la plancton scintille autour de nos mouvements.
Si la lune est pleine, le phénomène devient tout à  fait étonnant.
On sort la tête de l'eau avec dans les yeux des milliers d'étoiles, l'odeur de la mer nous enivre et la légèreté temporaire de notre corps nous rend immortel.


dimanche 27 juillet 2008

C'est l'heure...

Quoique je succombe au somme en toute saison, la chaleur, le temps, l'ambiance estivale porte à  la sieste.
L'allong√©e, le roupillon, la m√©ridienne, la b√Ľche ou la ronflette, quelle que soit la tournure des mots, la position reste invariable : assise ou horizontale.
Alors si l'ombre est fraiche et l'herbe moelleuse, je recommande la sieste en plein air et plut√īt deux fois qu'une !
Pour vous aider dans la phase d'approche, un dessin hypnotique et une musique envoutante... Maintenant, vous dormez.

sieste en plein air

jeudi 24 juillet 2008

C'est dans l'air...

Il y a comme un parfum. C'est diffus, mais personne ne s'y trompe. Cette odeur indéfinissable qui vous rappelle tout à  la fois, la terre après la pluie, la garrigue sous le soleil, les pages d'un livre, les grillades au feu de bois, les oignons, l'iode et le vent, les aiguilles de pins, les genêts, le café, les poivrons, la rivière, les abricots, l'aubergine, un lac, un ponton, l'ambre solaire, la citronnelle, le sel de la peau...
Cette odeur, c'est celle des vacances !


mardi 20 mai 2008

Ciiinnéééma, ciiinnéééma... Cinéma, cinéma.

"Dis-moi papa, si tu retrouvais une chose de ton enfance à laquelle tu tenais comme à un trésor, ça te rendrait comment : heureux, triste, nostalgique ? ça te ferait quoi ?
Je pensais à ces choses qu'on garde en secret comme si elles avaient une immense valeur."

Amélie Poulain discutant avec son père dans la jardin, après avoir trouvé la boite aux trésors de Dominique Bredoteau.